LYON | VISITER LE MEMORIAL NATIONAL DE LA PRISON MONTLUC


Dans le courant du mois de novembre dernier, par un samedi après-midi pluvieux, ma mère, mon frère et moi sommes allés visiter la prison Montluc, un édifice chargé d’une lourde et longue histoire et qui a marqué la ville de Lyon, et par certains points, le monde.

Située dans le 3ème arrondissement de Lyon, non loin de la gare de la Part-Dieu en tramway, le Mémorial National de la Prison Montluc possède une histoire compliquée. La prison ouvre ses portes en 1921 pour d’abord accueillir les détenus dépendant de la justice militaire, pour connaître une période noire pendant la Seconde Guerre Mondiale et redevenir une prison civile à partir de 1947.

LA PRISON MILITAIRE DE 1921 A 1939

A son ouverture en 1921, la prison n'a accueilli pendant près de 20 ans que des prisonniers militaires, ayant été auparavant jugés au tribunal militaire situé à côté, qui abrite désormais des bureaux administratifs.  Sa construction avait été décidée au début de la Première Guerre Mondiale, en 1914 pour accueillir les déserteurs et les mutilés volontaires. Mais de par son ouverture tardive, elle ne verra finalement défiler que très peu de militaires et sera ensuite utilisée par la justice civile dès 1926. 



Très peu usitée ( peu de prisonniers à cette époque à cause / grâce à une réforme du système carcéral), elle fermera ses portes en 1932 pour ne rouvrir qu'en 1939.

En traversant les premiers couloirs et les toutes petites cellules, parfois sans fenêtre, il est facile d'imaginer à quel point la vie pouvait être difficile entre ses murs. Mais la période de l'entre-deux-guerres n'est que peu de choses face à l'horreur qui y aura lieu pendant la Seconde Guerre Mondiale.

------------

LA PRISON MONTLUC DURANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE

La prison Montluc ouvre donc de nouveau ses portes en 1939 / 1940, suite à l'armistice signé entre la France et l’Allemagne. Au départ, la prison accueille des prisonniers militaires, des prisonniers dits « de droits communs » et quelques résistants, mais encore assez peu. Elle est ensuite réquisitionnée par les allemands dès 1942 (et le rattachement de la zone libre à la France de Vichy) qui en font la succursale du QG de la Gestapo Lyonnaise. 

>> D’ailleurs saviez-vous que la Gestapo Lyonnaise se trouvait sur l’avenue Berthelot et que ce lieu abrite désormais le Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation ?


Durant cette sombre période, la prison est gérée par Klaus Barbie et ellle a vu défiler les grands noms de la résistance lyonnaise et les détenus juifs (vous pouvez même voir la « Baraque aux Juifs » dans la grande cour) entre ces murs, dont le célèbre Jean Moulin, Raymond Aubrac ou même les enfants d'Izieu. Parmi les détenus, la plupart seront torturés. Certains seront même exécutés direcement sur place et une fois dans la cour de la prison, vous pourrez voir le « Mur des Fusillés ». Les exécutions se multiplient après le débarquement et les détenus sont souvent déplacés dans d’autres lieux pour celles-ci.



C’est au deuxième étage de la prison que vous retrouverez les cellules occupées pendant la Seconde Guerre Mondiale avec des explications sur leurs occupants. Klaus Barbie a également eu la sienne qu’il a occupée symboliquement lors de son procès rententissant en mai 1987, non loin de ceux qu’il a fait torturer...

A ce moment-là de la visite, l’Histoire vous saute à la gorge et ne vous lâche plus, les larmes au bord des yeux lorsque l’on sait la fin tragique de la plupart de ces gens.

------------

L’APRES-GUERRE, PUIS LA RENAISSANCE DE LA PRISON MONTLUC

La prison Montluc est « libérée » le 24 août 1944 et est remise en fonction à partir de 1947, à la disposition de l’administration pénitentiaire. Et à partir de 1955, un décret stipule que c’est à la prison Montluc que les exécutions capitales décidées à Lyon auront lieu ; c’est d’ailleurs  dans la petite cour intérieure qu’était placée la guillotine. Ca fait froid dans le dos ! Entre 1959 et 1961, c’est également à Montluc que les militants algériens du FLN et du MNA sont incarcérés et onze y sont aussi exécutés. La dernière décapitation lyonnaise aura lieu le 22 mars 1966 pour un triple assassin.

Après cette période, l’aile des hommes est peu à peu désertée avant d’être complètement desaffectée en 1997. L’aile des femmes par contre reste en fonctionnement jusqu’en 2009, c’est-à-dire la fermeture définitive de la prison, qui sera réhabilitée en Mémorial National de la Prison Montluc et ouverte au public.



------------

MA VISITE DE LA PRISON MONTLUC 

C’était pour moi la première fois que je visitais une prison et se retrouver dans ce genre d’univers, avec les barreaux aux portes et aux fenêtres, est assez perturbant.

Visiter la prison Montluc, c’est traverser l’Histoire de la France, et en particulier l’histoire de la ville de Lyon. J’ai été fortement marquée par la visite de ce lieu si particulier, qui m’a parfois un peu rappelé ma visite du camp de concentration de Buchenwald en Allemagne (j’en parle d’ailleurs ici). 


INFORMATIONS PRATIQUES
POUR VISITER LA PRISON MONTLUC

Accès : 4 rue Jeanne Hachette - 69003 Lyon

Tram T4 « Manufacture Montluc »
Bus C11 « Archives Départementales / 69 « Manufacture Montluc » 
Métro D « Sans Souci »

Tarifs : gratuit pour tous - visite guidée les samedis à 14h30 et 16h30



-----------


Epinglez-moi sur Pinterest !




A bientôt pour de nouvelles découvertes !
En attendant, on peut se retrouver sur Facebook, Twitter ou Instagram !








Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires

  1. Je ne savais pas que cette prison existait encore et pouvait se visiter. J'en ai pas mal entendu parler lors de ma visite au Centre Histoire de la Résistance et de la Déportation que j'ai visité lors de mon dernier passage à Lyon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faudra revenir :)

      Si cette histoire de Lyon t’intéresse, il est également possible de visiter le Mémorial Jean Moulin, connu aussi sous le nom de la « Maison du Docteur Dugoujon », là où Jean Moulin et d’autres résistants lyonnais ont été arrêtés.

      Supprimer